VOS TRAVAUX DE A à Z

L'éléctricité des combles

L’électricien est le premier à intervenir au niveau des combles, une fois enlevée l’ancienne Isolation et une fois les modifications de charpentes terminées (quand cela est nécessaire bien entendu). Il effectue le passage sous poutres des conducteurs électriques.

Les besoins en électricité


Electricité des comblesLa définition des besoins électrique découle directement du nombre des pièces crées, de leur disposition et de l’usage que vous leur réservez. La distribution des pièces doit donc être
décidé préalablement avec le responsable du projet.
Nota : ne pas oublier la cage d’escalier d’accès (éclairage, va et vient ou minuterie, interphone…).

Pensez aussi tout de suite à prendre en compte l’évolution future du comble : de chambre il pourra devenir bureau quand les enfants seront grands, atelier de bricolage…

Il faudra aussi, avant l’intervention de l’électricien, définir l’emplacement des radiateurs, prises, interrupteurs, éclairage etc. partez du plan de cloisonnement et éventuellement de la
disposition du mobilier si vous la connaissez déjà.

Les besoins en électricité


Spots, plafonniers, appliques, variateurs… l’éclairage dépendra de l’usage de la pièce et de l’apport des ouvertures extérieures (Velux).

Pensez à l’éclairage des bureaux, placards… l’éclairage peut aussi être simplement à vocation décorative. Rappelons au passage qu’il existe en gros trois types d’ampoules :
incandescentes : chauffent. Mauvais rendement. Lumière jaune.
halogènes : meilleur rendement. Lumière blanche. Chauffent beaucoup (danger). Fragiles à manipuler.
Fluorescentes : économiques. Adaptées aux éclairages permanents.
Basse consommation - basse température.
Dans les combles plus qu’ailleurs, respectez les puissances indiquées sur les luminaires, Écartez les des matériaux inflammables, fixez les solidement, mettez les hors de portée des enfants.



Basiques ou à variateurs. Déterminer le nombre d’interrupteurs simples et de va et vient, leur emplacement. (rappel : au-delà de deux points d’allumage il faut des permutateurs ou des télé-rupteurs).


Avec protection enfants. Déterminer leur nombre et leur emplacement. Comptez « large ! ». Les nourrices, rallonges et fils volants qui fleurissent souvent au fil des ans sont à éviter absolument, et encore plus dans une comble. (nota : pensez au branchement de votre aspirateur)


Aujourd'hui la maison est plus qu'un lieu d'habitation.
Elle devient avec les nouvelles technologies un lieu de connaissance, d'échanges et de loisirs.
Grâce aux solutions Combles et Volumes, vous n'aurez plus de questions à vous poser pour le téléphone, Internet et la télévision. Les coffrets multimédia peuvent faciliter l'accès à ces médias et ce en passant par une prise universelle : la RJ 45.
LES TENDANCES AUJOURD'HUI :
9 millions d'abonnés sont éligibles à la TV IP

20 millions de foyers reçoivent le Très Haut Débit

35 millions d'internautes
 Arrivée de la TV HD
 Téléchargement de média (audio, vidéo…)
 Jeux en réseau
DEMAIN :
La fibre optique pour des téléchargements jusqu'à 100 Mbits, une qualité d'image inégalée, l'accès aux services multimédia sans perte de qualité
 La TV 3D
 Les services E-santé
 De nouveaux services


Si vous équipez vos combles, prévoyez la disposition de la chaîne ou de la télévision, et passez tous vos câbles d’enceintes en cloison.

Utilisez un boîtier étanche pour abriter votre coupleur si vous mettez cette télévision en parallèle avec d’autres dans la maison.


La solution de chauffage la plus courante dans le cas des combles fait appel à des radiateurs électriques : Convecteurs, rayonnants ou « à accumulation » (on trouve aussi le terme « inertie »).
On peut aussi prolonger le « chauffage central à eau» dans ce cas c’est notre plombier-chauffagiste qui intervient.
Les canalisations d’eau sont en général faciles à dissimuler dans un comble (dans le plancher, sous les rampants…).
Attention : les canalisations d’eau chaude situées dans un volume non chauffé doivent aussi être calorifugées et les plus courtes possibles pour respecter les critères de conformité aux prescriptions PROMOTELEC. On trouve aussi proposées des solutions techniques à base de panneaux radiants (installés sous les rampants) ou bien de planchers rayonnants, ainsi que des plinthes chauffantes. Ces systèmes sont bien adaptés pour les pièces de grands volumes, les mezzanines…
Ne pas oublier d’équiper la cage d’escalier d’accès qui est souvent une zone froide, et peut donc avoir besoin d’un petit chauffage.
L’isolation de la pièce reste un préalable. Les combles ont une masse thermique très faible, un peu comme les vérandas. Ils sont en contact avec l’extérieur sur toutes leurs faces mis à part le plancher. Ils montent donc en température et se refroidissent plus rapidement que le reste de la maison. Leur isolation doit donc être très soignée.

VENTILATION ET QUALITÉ DE L’AIR DANS LES COMBLES AMÉNAGÉS


Les travaux d’isolation des combles sont l’occasion idéale pour installer une ventilation mécanique dans une maison. Il est alors souvent plus simple de passer les réseaux de gaines pour ventiler l’ensemble de la maison.
Pourquoi faut-il ventiler le logement ?
Dans un espace clos, les polluants présents dans l’air (odeurs, fumées, vapeur d’eau, CO2, COV, etc.) s’accumulent. La ventilation a pour objectif de renouveler l’air intérieur et d’évacuer les polluants. Plus le logement est isolé et étanche à l’air, plus il est important d’assurer le renouvellement de l’air par la ventilation.
Comment faut-il ventiler ?
Pour faire des économies d’énergie, une bonne maîtrise des quantités d’air renouvelées est impérative.
Deux types de ventilation permettent d'adapter le renouvellement d'air :
Les VMC simple flux sont les plus faciles à installer en rénovation. L'air frais pénètre dans les pièces à vivre (chambres, salon…) par les entrées d'air souvent intégrées aux fenêtres, se charge en polluants présents dans l'air ambiant puis est évacué par les bouches d'extraction situées dans les pièces "techniques" (cuisine, salle de bain, sanitaire) créant ainsi un balayage de l'air dans le logement. La VMC simple flux hygro-B adapte automatiquement ses débits en fonction du taux d’humidité de l’air intérieur et réduit donc les déperditions de chaleur.
Les VMC double flux régulent l’amenée d’air neuf et l’extraction d’air vicié à l’aide d’un double réseau de gaines. L’air extrait passe dans un échangeur pour préchauffer l’air entrant et limiter ainsi la consommation d’énergie nécessaire à le chauffer. En rénovation, ces systèmes sont adaptés aux zones bruyantes, car ils ne nécessitent pas d’ouvertures dans les menuiseries. Elles sont cependant plus difficiles à mettre en œuvre en rénovation du fait du double réseau de gaines à intégrer.




Vos Combles de A à Z

Les Normes électriques

Qu'elles soient ou non aménagées sous les combles, les pièces humides sont soumises à des contraintes drastiques en matière de sécurité, d'appareillage électrique ou de chauffage.

Généralités sur les normes électriques dans les combles

La salle de bains étant une pièce humide, toute installation électrique doit être parfaitement étanche et impérativement reliée à la terre (avec un fil vert/jaune de section 4mm) par liaison équipotentielle. Votre matériel électrique doit ainsi porter le sigle NF-Electricité et être de classe II : vérifiez donc qu'il arbore ce symbole.

 

normes-ce-nf

Dans les combles, des normes électriques de base doivent être respectées, au même titre que partout ailleurs dans la maison :

Tous les circuits électriques d'éclairage (sauf basse tension), de chauffage et les autres appareils doivent être protégés par un dispositif DRHS (disjoncteur différentiel haute sécurité 30 mA), lequel coupe automatiquement le courant en cas de fuite.

L'interrupteur général ne sera toléré qu'en volume 3. Néanmoins, mieux vaut qu'il soit installé à l'extérieur de la salle de bains.

Armoire de toilette (équipée d'une prise de courant et d'un interrupteur) : volumes 2 et 3.

Prises de courant pour rasoir (20 à 50 Volts) : volumes 2 et 3.

Chauffage :

Au sol : idéal si la surface restante de la baignoire est suffisante.

Électrique : le sèche-serviettes doit se conformer à la classe I en volume 3, à la classe II en volume 2. Sinon, il peut s'accrocher sur tout panneau de mur libre.

normes_securite_salle_de_bainCelle-ci définit le degré de protection des matériels électriques : elle est mentionnée sur chaque appareil avec le symbole IP (indice de protection), suivi de deux chiffres :

le premier (de 0 à 6) : contre les solides (comme les sables) ;

le second, (de 0 à 8) le plus important ici : contre l'eau ;

un troisième chiffre (de 0 à 6), parfois, concerne celle contre les chocs mécaniques.

Certains appareils portent aussi deux gouttes d'eau symbolisant la protection contre l'eau.

Leur emplacement est réglementé.

Un lave-linge sera accepté près de la baignoire à la condition d'être séparé par une cloison fixe.

salle-de-bain-zone_de_securiteCelle-ci divise la salle de bains en quatre volumes distincts, à l'intérieur desquels sont autorisés trois types d'installation :

Volume 0 : il concerne la baignoire et le receveur de douche. Tout matériel électrique y est strictement interdit.

Volume 1: au dessus de la baignoire (de 2,25 m en partant du sol et jusqu'à 2,25 m au dessus du fond du receveur de douche). Tolère un éclairage basse tension 12 V si le transformateur de sécurité se trouve en volume 2 ou 3.

Volume 2 : c'est la zone située à moins de 0,60 m de la douche ou de la baignoire et sur 2,25 m de hauteur. Accepte un éclairage et une armoire de toilette éclairée de classe I et II (protégé des aspersions d'eau).

Volume 3 : 2,40 m au-delà de 0,60 m de la douche et de la baignoire et jusqu'à 2,25 m de hauteur. Est autorisé le matériel de classe I et II (protégé des projections d'eau verticale).